Contact |

Conseil des ministres : les ministres Moustakbal contre le barrage de Janneh, le reste des ministres contre la politisation du dossier

02-06-2016

ANI

Notre correspondante a signalé jeudi que "la séance ordinaire du Conseil des ministres a été tenue à 16H30. 61 points sont inscrits à l'ordre du jour".

Des ministres ont prononcé, avant la séance, des déclarations sur le barrage de Janna.

Le ministre des Télécommunications, Boutros Harb, a indiqué que "le barrage de Janna a été construit pour gagner de l'argent".

Le ministre d'Etat pour les affaires du Développement administratif, Nabil de Freige, a pour sa part assuré que ce dossier doit être discuté d'une façon technique dans le but de lui trouver des solutions. Mais si les débats ont une portée politique et confessionnelle, une issue serait alors impossible.

Le ministre de la Culture, Raymond Araiji, a affirmé que "le barrage de Janna est un dossier vital et important. Une solution doit être trouvée à l'écart des tiraillements politiques".

Le ministre de l'Environnement, Mohammad Machnouk, a expliqué que "ce dossier écologique par excellence sera discuté d'une façon technique. Nous sommes ouverts à tous les débats en ce sens".

Le ministre de l'Economie et du Commerce, Alain Hakim, a choisi l'environnement au dépend de l'eau. "Le grand problème réside dans le dossier des déchets. Nous voulons savoir où et comment le tri aura lieu", a-t-il dit.

Le ministre de l'Agriculture, Akram Chehayeb, a déclaré que "l'eau et l'électricité seront disponibles. Le dossier n'est pas politique mais économique. Le pays en a besoin".

Le ministre des Finances, Ali Hassan Khalil, a également souligné le volet technique du dossier. "Pour quelle raison, est-il discuté en Conseil des ministres?", s'est-il demandé.

Le ministre de l'Education et de l'Enseignement supérieur, Elias Bou Saab, a révélé que "le problème ne réside pas dans le barrage de Janna", accusant le ministre Harb "de vouloir éclipser le scandale du ministère des Télécommunications".

Le ministre de l'Industrie, Hussein Hajj Hassan, a exprimé son appui "aux principes des barrages à l'ombre de la pénurie en eau. Les remarques techniques peuvent être révisées".

Le ministre de la Santé, Waêl Abou Faour, a expliqué que "les discussions doivent être techniques. La politique doit être mise à l'écart".


Ajouter aux favoris - Nous contacter - Tous droits réservés @ Tayyar-Intishar 2015