Contact |

Le Crif dénonce la libération "scandaleuse" de Hassan Diab

18-05-2016

Al Manar

Le "principal suspect" d'un attentat commis à Paris en 1980 contre une synagogue, l'attentat de la rue Copernic, a été remis en liberté avec un bracelet électronique, après un témoignage de son ex-épouse qui conforte son alibi et nécessite de nouvelles investigations.

Agé de 62 ans, le Libano-canadien, Hassan Diab, est mis en examen en France, notamment pour « assassinats terroristes », et considéré dans l'enquête comme l'auteur présumé de cette attaque menée devant une synagogue de l'ouest de la capitale. Bilan: 4 morts et une quarantaine de blessés le 3 octobre 1980.

Une juge des libertés et de la détention a mis fin jeudi à la détention provisoire du suspect et ordonné son assignation à résidence avec bracelet électronique, ont indiqué à l'AFP des sources judiciaire et proche de l'enquête.

Le parquet de Paris a fait appel. Une nouvelle audience aura lieu le 24 mai.

Dans sa décision, la juge a considèré qu'un "doute" est posé sur la "question fondamentale" de savoir si Hassan Diab, respectable professeur d'université en sociologie, était en France le jour de l'attentat, après des auditions du suspect en janvier et de son ex-épouse, a expliqué l'une des sources.

Quelques jours plus tôt, le juge d'instruction Jean-Marc Herbaut avait lui aussi ordonné une remise en liberté sous surveillance électronique. Mais le parquet avait suspendu cette mesure et la chambre de l'instruction avait confirmé la détention.

Dans son ordonnance, prise le 9 mai, le juge relève que l'ex-femme d'Hassan Diab a indiqué qu'il l'avait accompagnée à l'aéroport de Beyrouth le 28 septembre 1980, une date à laquelle le possesseur du passeport au nom d'Hassan Diab se trouvait déjà en Europe d'après les tampons, selon la source proche de l'enquête. Ce passeport est l'une des pièces à charge contre le suspect.

Le juge considère que le témoignage, bien que tardif et sujet à caution, nécessite de nouvelles investigations, notamment au Liban, selon l'une des sources.

Hassan Diab a toujours clamé son innocence et nié son appartenance au Front populaire de libération de la Palestine-Opérations spéciales (FPLP-OS) à qui avait été attribué l'attaque.

Son avocat, William Bourdon, a salué cette remise en liberté, assurant qu'il "n'y a strictement aucun risque de fuite" de son client.

Le Crif dénonce une libération "scandaleuse et irresponsable"

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman, a dénoncé une libération "scandaleuse et irresponsable" et "une insulte aux victimes et à leurs familles".

Selon lui, "elle sera interprétée comme un laxisme à l'égard du terrorisme".


Ajouter aux favoris - Nous contacter - Tous droits réservés @ Tayyar-Intishar 2015