Contact |

Le scandale de l’internet illégal au Liban: la mise en scène du câble maritime

13-04-2016

al-Akhbar

S'agit-il d'une nouvelle mise en scène pour camoufler le scandale du réseau d'internet illégal au Liban? Le 21 mars dernier, le président de la direction d'OGERO Abdel Menhem Youssef avait clairement affirmé au public que le câble maritime passant entre les fleuves al-Kalb et Ibrahim, transfère le réseau d'internet illégal au Liban.

Mais les choses ont pris hier mardi une tournure différente avec l'annonce faite par l'agence nationale de l'information, et précisément par sa correspondante au palais de justice. Sachant que cette agence ne publie aucune information sans le "permis" des autorités judiciaires, celle-ci a révélé les résultats de l'enquête sur ce câble.

Et à la grande surprise de tous, il s'est "avéré que le câble en question sert à transmettre la diffusion des chaines de télévision satellitaires"!

Pourtant, le récent communiqué d'OGERO a montré que Youssef a lui-même supervisé le parcours du câble au long du fleuve al-Kalb, en compagnie de techniciens. Ils ont réalisé que le câble suspicieux est composé de 24 fibres optiques, ce qui signifie qu'il possède une grande capacité et qu'il est réservé pour des projets énormes".

Les propos du directeur d'OGERO ont suscité plus d'interrogations qu'ils n'ont fourni des réponses. "Il était prévu que des canots maritimes militaires viendraient vérifier le parcours du câble en mer pour s'assurer de ses différentes destinations", avait-il dit dans le communiqué.

A travers ces propos, Youssef tente soit d'accuser l'armée de manque de coopération, soit de camoufler les résultats de l'enquête.

En effet, le processus de vérification a eu lieu sur ordre du parquet général et du parquet militaire, en présence de fonctionnaires d'OGERO, d'équipes du département technique dans les renseignements de l'armée et du bureau de la lutte contre les crimes financiers aux forces de sécurité.

Alors que le communiqué d'OGERO a souligné que le câble "s'étend de Jounieh vers le fleuve al-Kalb, arrivant en mer en provenance de plusieurs directions", il n'a mentionné ni ses entrées ni ses sorties sur la côte.

Autrement dit, ce câble semble, selon le communiqué d'OGERO, jeté en mer, sans que sa destination ne soit clarifiée, ni ses utilisations.

De plus, Youssef n'a pas omis dans son communiqué de mentionner le mauvais temps qui frappait hier le Liban.

Le journal alAkhbar estime qu'il s'agit d'une mise en scène. Le communiqué d'OGERO et l'information de l'agence nationale libanaise semblent contradictoires. Dans l'apparence, tout le monde combat la corruption, mais personne n'ose dire la vérité.

Des sources parlementaires dans la commission de l'information et des communications y ont vu "un moyen pour détourner le cours de l'enquête ou faire pression sur les services chargés de la mener".

Celles-ci ont cité plusieurs "lacunes" qui renforcent l'hypothèse de la mise en scène. Parmi ces lacunes, la version de l'attaque menée par des gardes de la station d'al-Zaarour contre la patrouille des forces sécuritaires et de l'équipe d'OGERO dans le cadre de l'enquête.

Ce scandale n'a pas incité l'autorité exécutive à mettre la main sur ce dossier. Le gouvernement étant occupé par d'autres questions liées aux nominations dans le service de la Sureté générale.

Donc, le dossier du câble maritime a été une fois de plus reporté, comme s'il ne s'agissait pas d'une affaire stratégique qui menace les piliers de la patrie.


Ajouter aux favoris - Nous contacter - Tous droits réservés @ Tayyar-Intishar 2015