Contact |

Le terroriste le plus recherché de Daech à Aarsal, enfin attrapé!

25-02-2016

al-Akhbar

Ahmad Ammoun, le terroriste le plus recherché pour appartenance au groupe takfiriste wahhabite Daech, est désormais aux mains de l’armée libanaise.

Originaire du village d’Aarsal (Nord-Est du Liban), ce trentenaire dirigeait un groupe baptisé « Abou Abdel Salam », connu pour les atrocités qu’il a commises envers la population d’Aarsal : enlèvements, exécutions, assassinats. Son dernier crime en date fut l’assassinat du lieutenant au département des informations, Zaher Ezzedine. Il avait également tué à coups de couteau Mokheyber Ezzedine.

Ammoun avait réussi à prendre la fuite lors d'un assaut de l'armée le 4 février avec un autre dirigeant du groupe « Abou Bakr Raqqawi ». Un certain nombre de terroristes de Daech ont péri au cours de cette opération, dont Anas Zaarour, et d’autres ont été blessés.

Mardi, une force de l’armée a surveillé les déplacements d’Ammoun. Elle a détecté sa voiture Toyota, de couleur noire et à vitres teintées, circulant sur la route de Jamala, aux alentours de sa maison et d’un camp pour les réfugiés syriens.

Des accrochages limités ont éclaté entre Amoun et l’armée libanaise. Amoun a été légèrement blessé, et l’armée a réussi à le retirer et à le transporter hors d’Aarsal, jusqu'au ministère de la défense.

Suite à ce développement, des miliciens encagoulés se sont déployés dans les rues d’Aarsal. Ils se sont dirigés vers la maison de Mohammad Wehbé, fils du maire du village, et attaqué son domicile, après des accusations lancées contre Wehbé de « traiter avec l’armée et les services de sécurité libanais, ce qui aurait favorisé l'arrestation d'Ahmad Amoun ».

Un gendarme H. Fliti a été blessé en passant près du lieu de l’attaque.

Selon des sources citées par le journal libanais al-Akhbar, Wehbé a quitté sa maison depuis un certain temps, après avoir échappé à une tentative d’assassinat à la charge explosive près de sa maison. Il a survécu miraculeusement avec sa famille.


Surnommé « Breis », Ahmad Ammoun n’habitait pas à Aarsal, selon des témoins, mais il y avait résidé au lendemain de l’éclatement de la crise syrienne. Depuis cette date, il a commencé à pratiquer le trafic d’armes et de miliciens, avant de former un groupe armé qui a commis toute sorte d’atrocité se référant aux "dispositions religieuses prises par les religieux de Daech ».

Des sources sécuritaires libanaises ont confirmé qu’Amoun représente une « importante prise pour l’armée », surtout qu’il appartient à un groupe terroriste des plus dangereux et qu’il avait été désigné « dirigeant du secteur d’Aarsal au groupe Daech ». Celui-ci est recherché entre autre pour avoir « détenu des militaires, préparé des voitures piégées, et attaqué des positions de l’armée dans la foulé de la conquête d’Aarsal ».

De mêmes sources on indique que « Breis », en tant que dirigeant et responsable de Daech, va fournir des informations classées « très importantes » sur plusieurs dossiers, dont le sort des militaires libanais enlevés depuis aout 2014. Sachant qu’il figure parmi les miliciens impliqués dans cet enlèvement.

De plus, Amoun détient des renseignements en lien avec les attentats commis par Daech au Liban, lui qui a recruté des kamikazes, et transporté les voitures piégées du Qalamoun en Syrie au Liban, via Aarsal.

Toujours d’après les services sécuritaires, Amoun a pris part à l’exécution de deux moines, la destruction d’une église et du monastère archéologique de Mar Elias à Joussieh. Il est également impliqué dans l’enlèvement de 200 civils du village syrien frontalier de Rableh, et dans la liquidation d’un nombre d’eux.


Ajouter aux favoris - Nous contacter - Tous droits réservés @ Tayyar-Intishar 2015